Nutrition spécifique

Nutrition de l'enfant

Optimisation de la diversification alimentaire du nourrisson, besoins nutritionnels spécifiques de l’enfant et de l’adolescent.

Nutrition de l'adulte

Besoins nutritionnels spécifiques de l’Homme et de la Femme, du sportif, du travailleur en horaires décalés ainsi que de la femme gestante et allaitante (incluant les pathologies se rapportant à la gestation telles que le diabète gestationnel ou femme diabétique gestante), optimisation de la conception.

Nutrition du sénior

Prévention ou traitement de la dénutrition protéino-énergétique, carences ou déséquilibres alimentaires, traitement de la dysphagie par alimentation à texture modifiée, traitement des troubles intestinaux par alimentation contrôlée en fibres…

Nutrition thérapeutique

Pathologies et troubles du système digestif

Pathologies de l’œsophage (œsophagites, RGO, achalasie, hernies hiatales, cancer de l’œsophage), de l’estomac (gastrites, tumeurs, gastropathies, UGD), de l’intestin (RCH, maladie de Crohn, maladie coeliaque, SII, sigmoïdites), du foie (hépatites, NAFLD et NASH, tumeurs, lithiases biliaires, cirrhose), du pancréas (pancréatites, cancer).

Pathologies métaboliques et endocriniennes

Dyslipidémies, anémies, diabètes (insulino-dépendant, sucré, insipide…), insulinorésistance, syndrome métabolique, glycogénoses, troubles de la thyroïde, troubles surrénaliens…

Pathologies cardiovasculaires

Cardiopathies, HTA, athérosclérose, traitement AVK.

Pathologies rénales

Insuffisance rénales, syndrome néphrotique, lithiases rénales, goutte, alimentation du dialysé, troubles hydroélectrolytiques.

Autres pathologies

Cancérologie, allergies alimentaires, SIDA (prévention des infections alimentaires), pathologies génétiques telle que la mucoviscidose.

Ce qu'une alimentation faible en glucides peut faire pour vous



Pathologies inflammatoires et auto-immunes

Des maladies telles que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, la sclérose en plaques, le syndrome de Gougerot-Sjögren ou plus communément l’obésité (qui résulte principalement d’une inflammation du tissu adipeux corrélée à d’autres facteurs) sont des pathologies qui peuvent être grandement apaisées en réduisant voire supprimant les sources de glucides. En parallèle, la consommation de graisses anti-inflammatoires donnent d’excellents résultats.

Troubles de la glycémie

Qu’il s’agisse du diabète ou de maladies indirectement liées à la surconsommation de glucides (comme Alzheimer, aussi nommé par certains « le diabète de type 3 »), l’alimentation faible en glucides est très prometteuse. Un état pré-diabétique peut être stoppé par cette voie, n’attendez pas et consultez rapidement pour éviter les complications.

Troubles intestinaux

L’intestin et le côlon sont le siège de grands maux actuellement. Contrairement à la pensée courante, je considère que limiter sa consommation de fibres permet d’obtenir de grandes améliorations de ces troubles très handicapants. Nous avons chacun un microbiote différent qui mérite que nous reconsidérions notre façon de penser.