Sphère digestive et microbiote intestinal

Trouble de la digestion

Les problématiques digestives peuvent être invalidantes et conduire une personne à se renfermer, à s’isoler. Le sujet est souvent peu abordé par honte ou minoration, pourtant, les conséquences psychologiques peuvent être lourdes. Vous pouvez également vous être convaincu que vos symptômes sont normaux et anodins, mais rien ne doit être banalisé. Il est nécessaire de fonctionner par étape afin de restaurer une fonction digestive correcte. Pour ce faire, un suivi long est nécessaireRéparer une barrière intestinale devenue poreuse ou bien corriger un microbiote intestinal dysfonctionnel sont des manœuvres requérant patience, assiduité et bienveillance, et bien souvent, des thérapies parallèles autres que nutritionnelles sont nécessaires et font partie de mes recommandations.

Les ballonnements, selles anormales (constipation, diarrhée, décoloration…), colites, ou reflux gastriques (RGO), mais aussi de la fatigue chronique, somnolence diurne, carences nutritionnelles, douleurs articulaires, maladies auto-immunes, malabsorption etc sont tous des troubles ayant un lien avec votre système digestif. Ce sont des symptômes qui doivent vous indiquer des intolérances alimentaires, un trouble du microbiote intestinal (dysbiose), une candidose, un SIBO, un SIGO, une insuffisance sécrétoire de bile ou enzymes… Rien ne doit être pris à la légère. La sphère digestive tout entière est extrêmement sensible à notre alimentaire, mais également à nos émotions ou l’environnement dans lequel nous évoluons (axe intestin-cerveau). De même, des affections de prime abord éloignées de la sphère digestive affaiblie, sont finalement un symptôme caractéristique : acné, psoriasis, eczéma… Beaucoup de manifestations dermatologiques sont le signe d’un dysfonctionnement du microbiote intestinal et d’une porosité intestinale (associées à un stress chronique).

Aussi, souvent oubliés, les glandes annexes digestivesfoie, vésicule biliaire et pancréas, sont également impactés ou à l’origine des troubles digestifs.

Également, la cavité buccale et l’estomac sont très importants. Vous l’aurez compris, chaque étape de la digestion est cruciale et doit pouvoir fonctionner correctement. Une enquête approfondie du terrain est nécessaire (système nerveux, hormones, stress, auto-immunité…).

D’autres troubles tels que ceux psychiatriques sont généralement liés, ou du moins entretenus dans leur gravité, par l’alimentation. Les troubles mentaux que sont la dépression, trouble affectif bipolaire, schizophrénie, psychoses, démence, troubles du spectre autistique, addictions, troubles du comportement alimentaire (TCA) et troubles obsessionnels compulsifs (TOC) méritent une approche nutritionnelle fonctionnelle (axe intestin-cerveau). L’alimentation et supplémentation sont là pour soutenir le travail médical, non s’y substituer.

Pathologies clés :

  • Candidose digestive
  • Rectocolite hémorragique (RCH) et maladie de Crohn (MICI)
  • Hyperperméabilité intestinale (leaky gut syndrom)
  • NASH et NAFLD
  • Psoriasis
  • Eczéma
  • Allergies
  • Intolérances alimentaires
  • Syndrome de l’intestin irritable (IBS)
  • Déficits en neurotransmetteurs
  • Auto-immunité
  • RGO
  • Gastrite
  • Ulcère gastro-œsophagien
  • Infection à Helicobacter pylori
  • Pancréatite
  • Cholestase
  • Cholécystite
  • Hépatites